more from
Audiogram

L'été

by Philémon Cimon

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Version CD de l'album envoyé par la poste + téléchargement immédiat des 12 pièces de l'album dans le format de votre choix...

    Includes unlimited streaming of L'été via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      $12 CAD or more 

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Version vinyle de l'album L'été + téléchargement des 12 pièces de l'album dans le format de votre choix...

    Includes unlimited streaming of L'été via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      $20 CAD or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

      $10 CAD  or more

     

  • «Me noyer tout entier dans ta longue crinière rousse emmêlée»
    — Charles Bolduc, inspiré de la chanson Au cinéma

    «Au fait, ça veut dire quoi, saudade? Ça revient dans toutes les chansons brésiliennes.»
    «C’est la nostalgie de ce qu’on n’a pas connu.»
    — Éric Dupont, inspiré de la chanson Où je me perds

    Dans un prolongement inspiré de l’album, onze écrivains se sont approprié les chansons de L’été pour rédiger un texte de création. Différentes formes d’art s’entremêlent; nouvelles, chansons, poèmes se font écho à travers quelques-unes de nos plus belles plumes québécoises, celles de Samuel Archibald, Fanny Britt, Élise Turcotte, Éric Dupont, Simon Boulerice, Bruno Hébert, Lucie Bergeron, Mathieu Laliberté, Guillaume Arteau et Venetia Gittes.
    ships out within 7 days

      $5 CAD or more 

     

1.
04:46
2.
03:41
3.
04:04
4.
5.
6.
7.
8.
9.
02:28
10.
11.
12.

about

« Il nous livre un monde d’une grande fraîcheur, une sorte d’innocence première, où dominent la sérénité, l’espoir et avec sa musique à la fois tumultueuse et douce, ce mouvement de la vie, cette disponibilité au bonheur qui lui semblent si naturels. »
- Marie-Claire Blais -


Nous sommes à Montréal, à deux pas de chez Philémon à l’Hotel2Tango, où il coréalise L’été avec Philippe Brault, complice depuis les débuts. Les musiciens réunis, nombreux, sont issus des trois mondes que Philémon porte en lui. Anglos, francos et hispanos s’y côtoient. Parmi eux, la harpiste Sarah Pagé (Barr Brothers, Lhasa) qui pose sa douce voix sur quelques refrains, le guitariste Nicolas Basque, emprunté au groupe Plants and Animals, et l’incontournable Guido Del Fabbro qui se charge des cordes. L’ingénieur de son Howard Bilerman (Arcade Fire, Basiat Bulat…) est aux commandes de la console et capte tout sur rubans. On s’éloigne des Sessions cubaines et du Studio Egrem, mais la voix unique se déploie, toujours aussi envoûtante. Dans la salle où les musiciens enregistrent se trouvent aussi Papacho, le cousin pianiste de Philémon, rapatrié du Mexique une seconde fois et Néstor Rodriguez – enfin! –, saxophoniste de La Havane avec qui Philémon avait eu un rendez-vous manqué lors du premier album, mais qui cette fois explose à la fin des pièces.
Tout ce beau monde a cinq jours pour apprendre à se connaître, à s’aimer et à jouer ensemble. « J’aime la beauté de l’accident et ce qui est imprévu, déformaté. C’est souvent lorsqu’on s’engouffre dans la forêt, qu’on accepte d’être dépaysé que notre vraie nature surgit. Ces gens-là ne se connaissaient pas, mais je savais qu’il se passerait quelque chose d’intéressant si je réussissais à les réunir. La musique est ce qui arrive quand les repères tombent. »
Cette urgence et cette vulnérabilité traversent aussi les textes de l’artiste dont s’est entiché la critique il y a quatre ans. L’été dont il est question ne meurt jamais. « C’est une période d’intensité concentrée, une saison détachée du temps, un moment qui s’imprègne : un espace où recréer le monde. » Pour Philémon, L’été, c’est Charlevoix, là où tout a commencé, là où résident les origines de sa création. « Mais chacun porte son propre été.»
Philémon traque la fragile beauté du monde et la fait tournoyer dans le soleil blanc sous nos yeux. Je veux de la lumière, je veux de la lumière, je veux de la lumière, Dieu touche moi, entonne-t-il. Qu’il nous entraîne avec lui dans des zones ombrageuses (Chose étrange, La mort des amoureux, Chanson pour un ami) ou Au cinéma avec une fille aux cheveux roux qui écrit des romans, il nous invite à se perdre à ses côtés (Où je me perds).
Moi j’ai confiance, chante Philémon.
Voilà pourquoi on le suit une seconde fois.

credits

released January 28, 2014

Philémon Cimon - Voix & Guitares
Philippe Brault - Basses
Nicolas Basque - Guitares
Sarah Pagé - Harpe & Choeur
Guido del Fabbro - Violon & Mandoline
Papacho - Piano, Orgue & Mélodica
Néstor Rodriguez Vilardell - Saxophone
David Carbonneau -Trompette
David Payant - Batterie


Paroles et musiques - Philémon Cimon
Réalisation - Philippe Brault & Philémon Cimon
Enregistré au Hotel2Tango du 19 au 23 mai 2013
Prise de son - Howard Bilerman, assisté par Greg Smith
Mixé au Treatment Room par Philippe Brault
Mastering - Ryan Morey

Direction artistique - Mathieu Houde & Philémon Cimon
Production exécutive - Mathieu Houde

Design - Mathilde Corbeil & Philémon Cimon
Photos - Venetia Gittes
Archives - Lucile Cimon & Geneviève Desgagnés
Dessins - Philémon Cimon

Gérance - Mo'Fat Management inc
Stéphanie Moffatt - stephanie@mofatmanagement.com

Booking, Audiogram
Eric Tremblay - etremblay@audiogram.com

Relations de presse, Cesaratto
Sonia Cesaratto - sonia@cesaratto.com

tags

license

all rights reserved

about

Philémon Cimon Montreal, Québec

Embracing the complexities of the French language, Philemon winds a complex lyrical ribbon around his own brand of minimalistic jazz. Never raising his voice above a sensuous whisper, he leads the audience into his multicoloured world where love and life remain as fragile as the gentle strumming of his guitar. ... more

contact / help

Contact Philémon Cimon

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Soleil blanc
Sur la route où tu t’en vas
Tes pensées y sont déjà
J’n’ai pas perdu, non, pas perdu mon temps avec toi
T’as pas perdu, non, le goût de t’enfuir loin de moi
Sous un soleil blanc
J’t’ai parlé du nord
Sous un ciel d’argent
T’as plié mes rebords
J’te caresserais toute la nuit malgré moi
J’te caresserais toute la vie malgré toi

Tu t’rappelles l’après-midi
Un rideau d’arbres d’ennui
Mais t’es un soleil dans ma vie
La lumière dans ma pluie
Malgré tous les mauvais sorts
Les sécheresses avant le port
J’ai plus de soleil dans ma vie
De lumière dans ma pluie

Et la route qui nous échappe
Ton sourire rouge écarlate
Tu soupires, oui, le regard tout affolé
Tu respires, oui, des lèvres toute une bouffée
Dans la catastrophe
Tu as cru mourir
Dans la catastrophe
J’n’ai pas su te dire
T’es toujours la plus belle toujours à mes yeux
J’ai toujours fait le vœu de partir à deux

Tu t’rappelles douce la nuit
Embrassés près d’un taxi
T’étais un soleil dans ma vie
La lumière dans ma pluie
Et les jours sont bien partis
Les voitures t’ont bien reprise
Mais t’es un soleil dans ma vie
La lumière dans ma pluie

Où on s’est connus
Où on s’est perdus
Mais j’te retrouverai dans la nuit La lumière dans ma pluie
Track Name: Au cinéma
Ah! J’aimerais une fille
aux cheveux roux auprès de moi
Ah! J’aimerais qu’elle me dise qu’elle écrit un roman
Et j’aimerais qu’elle prenne ma main
de temps en temps
Qu’elle vienne avec moi parfois
au cinéma

Elle est belle
Un peu trop jeune

Ah! J’aimerais lui parler des fous
qui sont comme moi
Ah! J’aimerais qu’on prenne un café
dessous les draps
Et j’aimerais qu’elle pleure parfois
entre mes bras
Qu’elle prenne ma main pour
aller au cinéma

Elle est belle
Un peu trop jeune

Couchés sur un tapis viennois
comme autrefois
Elle a mis ses lèvres sur les miennes
pour une fois
Ah! J’aimerais qu’elle revienne encore
boire sous mon toit
Et j’aimerais une fois qu’elle dorme
juste bien contre moi

Elle est belle
Un peu trop jeune
Track Name: Julie July
Je t’ai rencontrée sous l’eau
Blanche, nue et sans maillot
Je t’ai parlé à travers une bulle
Qui t’a heurté la clavicule
Tu m’as dit : « Je serai ton amie
Prends ma main, je t’emmène
Au paradis marin »

Je t’ai suivie jusqu’au bout de la nuit
Aquatique et athlétique

Julie July

Je t’ai revue en juillet
Encore nue dans un champ
de muguets
Tu m’as dit : « Je t’attendais »
Mais j’ai vite su
que tu me mentais
Il y avait tout à côté de toi
Un muguet qui te connaissait
Un peu trop à mon goût

Je t’ai suivie jusqu’au bout de la nuit
Idyllique mais mécanique

Julie July

Je t’ai re-revue en juillet dernier
Toujours nue, tu n’avais pas changé
Tu avais des pétales dans les dents
Je t’ai embrassée pour te libérer
J’ai pleuré, car tu étais morte
Étiolée dans ton bouquet nuptial
Je t’ai enterrée

Je t’ai suivie jusqu’au bout de la nuit
Éthylique mais magnifique

Julie July
You came to me with no head on
Julie July
Track Name: Des jours et puis des jours
Tu as rougi mes draps de ta jeunesse
Tu as mangé mes plantes comme un oiseau
Tu as chanté des cris qui m’ont fait rire
Tu étais belle encore dans tes lambeaux

J’ai pris ta main comme on prend des cerises
J’ai pris tes jambes en sueur sur le plancher
J’ai pris ta taille de fleur, je t’ai assise
Et j’ai fermé mes yeux pour t’embrasser

Et j’ai dormi
Des jours et puis des jours
À tes côtés
Comme on peut dormir
La tête sur un boulet
Et puis des jours
La tête dans tes cheveux
À ne plus rien voir qu’une brume
Sur tes volets
Et j’ai dormi des jours

Il y a du rouge partout dans tes barbeaux
Et des cailloux qui percent tes chaussures
J’ai pris tes pieds pour leur mettre des sabots
Tu as rougi mes draps de tes blessures

Et quand je vole par dessus les pays
Quand je m’oublie et pleure sur le tapis
Quand je t’embrasse ma bouche sur une autre
Tu as rougi tes joues de tes sanglots

Et j’ai dormi
Des jours et puis des jours
À tes côtés
Comme on peut dormir
La tête sur un boulet
Et puis des jours
La tête dans tes cheveux

À ne plus rien voir qu’une brume
Sur tes volets
Et j’ai dormi des jours

J’ai pris tes robes pour des chiffons de peau
Et dans ton dos des perles et des anneaux
Comme un décor de cirque en plein hiver
De la lumière sur tes yeux demi-clos
Track Name: Chose étrange
J’ai vu une chose étrange dans tes yeux
Qui m’a fait croire que tu m’aimais encore
Mais j’ai eu tort
Et j’ai vu une chose étrange dans tes cheveux
Qui m’a fait croire que le vent soufflait enfin
De mon bord
Mais j’ai eu tort, encore

Tu donnes ton corps
Comme on donne la mort
Tu donnes ton corps
Comme on donne la mort

J’ai vu une chose étrange sur tes épaules
Qui ressemblait légèrement à du chagrin
J’ai voulu poser ma main
J’ai vu une chose étrange au bas de ton dos
Qui m’a fait croire que tu pouvais aimer
Sans peine et sans repos
J’ai sauté à l’eau
Mais y’avait pas beaucoup d’eau

Tu donnes ton corps
Comme on donne la mort
Tu donnes ton corps
Comme on donne la mort

J’ai vu une chose étrange entre tes cuisses
Qui m’a fait comprendre
que j’étais pas vraiment à ma place
Quelque chose de triste
J’ai vu une chose étrange au fond de ton cul
Comme un dégoût d’l’humanité
Une terre brûlée
Des idées noires
Du désespoir, du désespoir

Tu donnes ton corps
Comme on donne la mort
Tu donnes ton corps
Comme on donne la mort
Track Name: Chanson pour un ami
Tu cherches ta vie en d’dans d’ton village
Entre les plages blanches et le cap Martin
Ton seul ami y parle à des mirages
Pis toi, tu t’dis qu’y s’rait p’t-être temps
d’faire ton chemin

Y’a pas une fille ici au mille carré
Y’en n'a pas eu depuis les six mois passés
Y’a juste des vieux, des bums pis des millionnaires
Pis en hiver, y’a juste plus personne

Fait qu’viens danser, allez, avec les bouleaux
Tu peux être sûr qu’y’a personne pour rire dans ton dos
Y’a d’la mousse qui pousse sur la toiture de ton shack
Comme un pansement sur la pourriture

Ta peau d’agneau est remplie d’cicatrices
Qui s’parlent toutes seules, toi tu t’fermes la gueule
T’aurais fait naître un beau bébé d’or
Mais on t’l’a tué avant qu’tu puisses le voir

Fait qu’viens pleurer tes pleurs au pied des bouleaux
Y’a pas d’chagrin qui vaille qu’on l’porte sur notre dos
Y’a d’la mousse qui pousse dedans tes yeux d’amoureux
Comme un bandage sur tes jours heureux

Pis ton père est mort au mois d’juillet
Y’avait du monde en masse pour chanter sous l’clocher
Pis y’a toujours du poisson au quai qui mord
Même si y’ont vu leur frère s’faire arracher l’corps

Fait qu’viens t’planter les pieds au pied des bouleaux
Laisse les corbeaux t’grimper des jambes à ton dos
Y’a d’la mousse qui pousse dans les cieux du village
Comme un lit sur les nuages
Track Name: Moi j'ai confiance
Moi j’ai confiance qu’on peut sortir,
qu’on peut marcher encore
Moi j’ai confiance qu’on peut parler,
qu’on peut être bien dehors
Moi j’ai envie d’être en vie,
de parler encore plus fort
Et d’être avec mes amis qui me parlent
des rivières du Grand Nord
Des grands torrents qui s’en viennent
Pour soulever, couler les champs
Mouiller les dents, noyer les larmes
qui recouvrent nos parents
Mouiller la peur des caresses
qui donnent peu en demandant
Foutre le bordel dans les lits
qui pleurent d’être morts en boudant

Viens prends ma main je te donne la mienne
Sans peine on part on va plus loin
Ça sert à rien de fixer les traces
Derrière nos pas sur la fine glace
J’ai enfin retrouvé mes patins
Remets les tiens je te donne la main
La vie est belle une fois chez elle
Chaud dans ses bras, je n’ai plus peur d’elle
Chaud dans ses bras, même si on gèle
Nu avec elle, je t’offre mes ailes
Je t’offre le ciel
Avec elle
Je t’offre le ciel
J’ai vu enfin
La croisée des chemins

Moi j’ai confiance qu’on peut aimer
malgré l’orage malgré
La fin du monde qui s’en vient
noyer les cœurs malades
Moi j’ai confiance qu’on peut marcher
jusqu’à la prochaine plage
Faire un bateau, y mettre une voile

et puis partir au large
Je n’ai jamais été
aussi confiant qu’aujourd’hui
Malgré le vent, les requins
et les démons blanchis
La mer est folle mais à deux
je n’ai pas peur je souris
La mer se brise et ravage
et la lumière jaillit

Viens prends ma main
je te donne la mienne
On s’aime on part
on va plus loin
Il faut foncer,
froisser la glace
Tout est plus beau
une fois en face
J’ai trouvé de l’or dans ma carcasse
Viens prends ma main et je t’embrasse
La vie est belle
une fois chez elle
Chaud dans ses bras
sous son ombrelle
Chaud dans ses bras
même quand on gèle
Nu avec elle
je t’offre mes ailes
Je t’offre le ciel
Avec elle
Je t’offre le ciel
J’ai vu enfin
La croisée des chemins
Et tout ira bien
Track Name: Je veux de la lumière
Tu dis qu’t’es pas assez forte
pour me laisser
Mais penses-tu qu’j’t’assez fort
pour te laisser
Tu dis qu’t’es pas assez forte
pour me laisser
Mais penses-tu qu’j’t’assez fort
pour te laisser

Je veux de la lumière
Je veux de la lumière
Donne-moi de la lumière
Je veux de la lumière
Je veux de la lumière
Donne-moi de la lumière

Tu dis qu’ça fait un an
que je n’t’aime plus
Mais comment j’peux t’aimer
si tu crois que je ne t’aime plus
Tu dis qu’ça fait un an
que je n’t’aime plus
Mais comment j’peux t’aimer
si tu crois que je ne t’aime plus

Je veux de la lumière
Je veux de la lumière
Donne-moi de la lumière
Je veux de la lumière
Je veux de la lumière
Donne-moi de la lumière

Je veux de la lumière
Je veux de la lumière
Donne-moi de la lumière
Je veux de la lumière
Je veux de la lumière
Donne-moi de la lumière

Tu dis qu’t’es pas assez forte
pour me laisser
Mais penses-tu qu’j’t’assez fort
pour te laisser
Tu dis qu’ça fait un an
que je n’t’aime plus
Mais comment j’peux t’aimer
si tu crois que je ne t’aime plus

Dieu touche-moi
Dieu touche-moi
Dieu touche-moi

Athéna touche-moi
Athéna touche-moi
Dieu touche-moi

Dieu touche-moi
De ta grâce
Dieu touche-moi

Athéna touche-moi
Athéna touche-moi
Dieu touche-moi
Track Name: Quel été
Quel été on ne peut plus beau
Quel été comme un flambeau
Dans ma vie

Quelle saison sur mon rivage
Quel chagrin sur ton visage
Je te suis

Tes bras sur ma tête nue
Ton corps sur les herbes drues
Et je t’aime et je t’aime et je t’aime

Quel casse-tête dans tes souliers
Ma main fière désemparée
Je te mords

Quelle chenille sur tes sourcils
Quelle cheville dans mes souris
Sur la plaine

Ton visage bleu et orange
Dans la nuit interrompue
Je te veux je te veux je te veux

Quelle marée insoupçonnée
Quel fantôme dans ton casier
Et j’ai peur

De t’aimer te décevoir
Du persil dans ton miroir
En écaille

Un pissenlit sur ton front
Un canard près du fourgon
Un papillon sur le pont
Qu’on peut prendre
Qu’on peut prendre
Qu’on peut prendre
Track Name: La mort des amoureux
Le merle m’a dit que ton cœur
Est brisé en morceaux
Qu’il n’est plus capable d’aimer
Mais moi
Mon cœur est en lambeaux

Est-ce que le merle t’a dit que l’amour
Ne vient pas quand on veut
Il arrive le jour où
On est fendu en deux
Le rouge sur les épaules

Viens ce soir
Je te raconterai l’histoire
De la mort des amoureux

Le merle est parti subitement
A laissé ses enfants
Un chandail sur la table comme
Un brigand de quatre ans
J’ai perdu tes vêtements

Près de l’arbre où j’ai compté les bourgeons
Où j’ai crié ton prénom
J’ai planté une arête
Dans la ville en bouillon
De planches et de chaudrons

Viens ce soir
Je te raconterai l’histoire
De la mort des amoureux
Des amoureux
Track Name: Où je me perds
Comme la nuit est tombée sans prévenir
Comme tu m’as couvert de tes souvenirs
Comme les nuages ne vont plus revenir
Comme avec toi je voudrais partir

Là-haut dans le ciel
Où tu me regardes
Là-haut dans les parties
Où la lumière ne dort pas

Comme les étoiles sont loin de nous deux
Comme t'as perdu ta main dans mes cheveux
Comme je voudrais rester près de ce feu
Comme je voudrais partir seulement si tu veux

Là-haut dans le ciel
Où on se regarde
Là-haut dans les parties
Où la lumière ne meurt pas

Là-haut dans le ciel
Où la lumière
Fait encore des signes
D’amour sur la terre
Là où les éclairs
Ont fait un trou dans la mer
Où je me perds
Où je me perds

Où je me perds
Track Name: Par la fenêtre
T’as toujours tout eu pour me plaire
T’as toujours tout eu pour me plaire
Les amants perdus ont toujours su se reconnaître
Les amants perdus ont toujours su se reconnaître
Et si je tombe, tu porteras ta main sur ma chair

Sous la lumière de la ville
T’as gravé nos noms sur la pierre
Sous la lumière de la ville
T’as gravé nos noms sur la pierre
T’as gravé nos noms sur la pierre

On s’est rencontrés en hiver
T’as foutu ma vie à l’envers
J’ai pris tes lèvres sous les lampadaires
J’ai pris tes lèvres sous les lampadaires

Sous la lumière de la ville
J’t’ai embrassée pour casser l’hiver
T’as gravé nos noms sur la pierre
T’as voulu faire de moi le père

J’n’ai jamais été si heureux que dans tes bras

T’as toujours tout eu pour me plaire
T’as toujours tout eu pour me plaire
Et si je tombe, tu porteras ta main sur ma chair

Par la fenêtre
Sous les flocons
Par la fenêtre